Outils pour utilisateurs

Outils du site


ceremonies_de_paysage

LA CÉRÉMONIE D'OUVERTURE DE PANDORHACK LORS DE LA SOIRÉE D'OUVERTURE DE KERMINY - 27 AOÛT 2020

Cheminons en silence, dans les ponctuations lumineuses de quelques bougies-repères dans le bois des Fontaines, jusqu'à la Source de la 1ère fontaine.

4 bougies sont posées sur les piliers de cet ancien lavoir. 1 en plus, sur la pierre située au-dessus de la fontaine.

Je vous propose de vous asseoir sur vos fesses avec les pieds posés sur le sol

et d'écouter avec vos 2 oreilles le ruissellement infime de cette source du bois des Fontaines

de l'écouter avec le bas de votre crâne avec votre cerveau bas

et ça étire déjà les cervicales elles sont 7 c'est beaucoup

et ça ruisselle depuis les oreilles comme des membranes avec l'extérieur ça ruisselle jusqu'aux 2 spirales qui prolongent nos oreilles à l'intérieur du crâne jusqu'au bas du crâne

Pour ceux qui ferment les yeux, vous pouvez les faire sauter dans les orbites de gauche à droite et de droite à gauche ils adorent ça et ça les détend autant que ça ouvre un espace entre les 2 yeux qui se met en relation avec notre cerveau arrière

On écoute, l'infime ruissellement de la source avec nos oreilles qui ruissellent jusqu'à nos cervicales et descend par notre colonne vertébrale jusqu'au coccys, nos fesses posées sur la terre

On peut agrandir un peu l'espace entre le haut de nos épaules et nos oreilles

et laisser ruisseler dans nos vertèbres

Nous avons 26 vertèbres et elles ne se touchent pas

ça ruisselle entre nos vertèbres et ça les écarte quelque peu jusqu'au fesses posées sur la terre

Quand nous sommes nés, nous avions 33 vertèbres certaines ont fusionné dans un sens pour le sacrum et dans un autre sens pour le coccyx c'est ce qui nous fait tenir assis

ça ruisselle et ça se prolonge jusque dans nos jambes par le sang, activé comme une autoroute où circulent les fluides jusqu'aux pieds qui pétillent sur le sol, plantés

ça ruisselle aussi dans les bras jusqu'aux mains et on peut sentir peut-être quelques fourmillements dans les mains, les doigts

ça ruisselle.

On écoute ce ruissellement.

le ruissellement de la source.

Et en m'adressant à l'arrière de votre crâne, je peux vous parler un peu de cette source dont la pierre témoigne de sa mise en valeur, à l'époque du monastère, il y a plus de 1000 ans. Kerminy signifie “la maison des moines”. Le monastère était situé derrière la chapelle dans son emplacement actuel, avant d'être remplacé, au Moyen âge, par un château, détruit à la guerre de 100 ans dont les communs sont la partie où nous séjournons aujourd'hui. Le monastère était en lien avec un autre, par la voie romaine, que nous avons empruntée, en entrant dans le bois des Fontaines.

Sans cette source, pas de Kerminy.

Je propose ce moment comme la “Cérémonie d'ouverture de Pandorhack”, l'université d'été de la forêt, qui se déroulera chaque mois d'août, à compter d’août prochain mais ouvrons-là dès maintenant! Pandorhack est un projet que nous avons écrit avec Dom, où il s'agit de “hacker” les systèmes de relations d'un organisme forêt, au regard de ceux de notre propre organisme et de nos divers organismes entre eux, de s'en inspirer, de les détourner, de poétiser cela. On peut se souvenir aussi que “la forêt est amante de la mer”, ou comment prendre soin d'une forêt garantit la bonne santé du littoral. Et cette source nous le rappelle aussi sans doute.

Il y a quelques nuits, j'ai écrit un texte ici, près de cette fontaine. Je propose de vous le lire maintenant :

Cette béance,

Passage de paysages

d'anaérobie à respiration,

Crachat tellurique,

ou passation.

Cette source comme une lymphe,

Archive

des liquides cellulaires

d'une île vivante,

sous la Terre,

organique,

qui s'ébruite

à perte d'ouïe

et de vue.

Ce crachat d'espèces insulaires,

sub-terrestres, plurielles,

nous ruisselle.

Elles deviennent nos compagnes,

co-habitantes,

colonisant nos chevelures,

les lunules de nos ongles

et nos entrailles

qui dévorent ou qui enfantent.

Nous sommes archivés

des pluri-mondes

dégueulés par cette béance,

la course d'une offrande d'humus.

Nous sommes eaux,

régurgitées puis englobées

et suspendues

sur des pieds gravitaires,

incrustés

à la surface des forêts.

Nous sommes flux de sources.

& pour fêter l'ouverture de Pandorhack, à la source du bois des Fontaines, je vous propose de trinquer à la “gnôle de pomme” faite par une compagne chamane, ou à la “gnôle de prune” apportée par un woofer détonnant! Je vous sers ici!

ceremonies_de_paysage.txt · Dernière modification: 2020/11/21 13:56 (modification externe)