Outils pour utilisateurs

Outils du site


surfing

« Nous sommes un océan dont nous n’avons pas conscience. »
Sylvie Fortin

#### Les ateliers “Surf Prescription” ####

ÉCOSOMA s'associe à (n) pour des ateliers d'initiation ou de pratique du surf à Kerminy Plage : Surf Prescription chaque printemps et automne.
Voir les dates dans NOW.

#### “Faire monde” - Process of “worlding” ####

Surfer est s'engager dans un processus de dialogue, jamais équitable, avec une entité particulièrement active et énergique, l'océan! Une forme de duo de mouvements naît depuis un enchevêtrement de réactions et négociations entre le corps en mouvement et l'océan en mouvement.

Un «monde» particulier émerge pour le surfeur et la vague, à travers le co-engagement d'un certain nombre de phénomènes interdépendants.

«Faire monde» 1) convoque des théories non représentatives permettant un processus d’enchevêtrement.

Surfer est un processus d’enchevêtrements de dialogues de phénomènes…

Nous sommes enchevêtrés avec et dans le monde2), l'expérience est comme une forme vitale d'engagement avec le monde, une résonance avec un sens et une signification pour l'individu, comme une rencontre à part entière. Nous vivons le souffle et expérimentons des phénomènes de l'intérieur plutôt que de recevoir le monde à distance en s'efforçant de décoder nos expériences pour arriver à une certaine forme de compréhension abstraite et représentationelle. Nous “faisons monde” par maillages inhérents à notre mode de présence dans les milieux vivants.

#### Une pratique performative de paysage ####

Les mouvements du surf sont performatifs, ils expriment et reflètent des informations sensorielles et viscérales sous la forme de matières de mouvements abstraits, à travers et au-delà de la planche.
Dans la pratique réside un acte de débordement cinétique : les mouvements résultent de l'engagement subjectif du surfeur avec des qualités, des résonances et des essences spécifiques rencontrées dès le take off 3). La notion de corps holistique4) surfé et mental est ici «éclatée» par la vague et son monde afin d'éclairer un dialogue au présent depuis le take-off.

Où est le corps surfant?

Pratique d'exploration physique dans laquelle les résonances sensorielles, émotionnelles circulent en relation avec les éléments des vagues et la spécificité du spot5), le surf est une pratique de la mobilité qui engage la proprioception 6) au-delà de la gravité pour offrir une exploration à travers et à l'intérieur d'une vague.
Une telle mobilité génère une libération, une voie permissive à travers laquelle les émotions, pensées, sensations peuvent être rencontrées et réfléchies à la vague.
Un tel sport de type “énergétique” 7) déplie et replie d'un même mouvement l'espace entier de la plage dans quelques minutes de glisse. Les surfeurs décrivent souvent un sentiment lié au spot 8) qui provient de leur “point central”, une zone souvent utilisée par les praticiens du mouvement pour décrire leur zone abdominale centrale jusqu'à leur plexus solaire. Peut-être alors, cette pratique, permet-elle à l'émotion d'être accessible et ressentie depuis ce point central du corps alors projeté dans les plans et les perspectives propres à la vague surfée.
À travers ce processus, une forme de “réversibilité phénoménologique” 9) fait que le j'affecte le paysage à travers ses interactions de mouvement et cela, à mon tour m'affecte ; je reviens ensuite à l'interaction avec un sens approfondi d'une “compréhension” et d'un “savoir d'expérience”. Le processus de réversibilité10) et de réciprocité s'approfondit et se développe ensuite dans une forme en spirale.

À travers ce processus plein de nuances, les surfeuses et surfeurs sont informés par une multitude d'expériences de «micromondialisation» résultant de la rencontre avec les phénomènes cinétiques du site, rythmiques, texturaux et spatiaux. Pour que ce processus se produise, sans doute les surfeuses, surfeurs s'engagent-ils dans une rencontre chiasmique (Merleau-Ponty, 1968) avec le spot dans lequel les phénomènes du corps et du site se rencontrent, s'enveloppent et s'entrelacent dans un échange poreux entre les matières corporelles et la «chaire» du monde. Au cours de ce processus, les surfeurs s'engagent dans une forme de «spirale» expérientielle, se déplaçant entre le moi corporel et le site, pénétrant dans un territoire interstitiel expérientiel dans lequel le moi corporel et le site, les paysages sont co-perçus.

La relation réciproque immédiate entre le corps et la vague, est vécue ici et maintenant à travers la pratique du mouvement. Cependant, comme l'articule Ingold (2000), ce sens phénoménologique de l'ici et maintenant est éclairé par un sens de l'historicité incarné dans lequel «l'ici et alors» coïncide avec les interactions actuelles et vécues avec le spot. La nature multiple de l’interaction spot/sensations de vagues est donc reconnue à travers la pratique d'un site spécifique.
Les essences et les qualités essentielles du spot sont ressenties comme des phénomènes s’incarnant chez la surfeuse, le surfeur comme “à l'intérieur”. J'absorbe le site, je le ramène «au corps» et le laisse voyager, s'asseoir et habiter à l'intérieur » 11)). À travers cette forme particulière d'exploration de l'océan, émerge un sens processuel d '«habiter» au sein de l'eau, dans lequel le site lui-même est informé par un sens ressenti intériorisé de cette habitation «à l'intérieur» du corps surfant lui-même, produisant un effet d'habitation à double couche!

Les surfeuses et surfeurs transforment les vagues

Interactions dynamiques, le corps et de la vague sont les co-créateurs d'un processus d'exploration du mouvement et de création de “danse du surf”. Les praticiens naviguent à travers une forme particulière de paysage liminal dans lequel le corps et la vague existent dans un processus de devenir. Un “corps écologique”, un corps en constante évolution dans un environnement en mutation 12) déplace un paysage autant qu'il est déplacé par lui. La ‘dwelling perspective’ de Tim Ingold 13) est le sentiment de “se déplacer” avec le paysage, comme une danse de relation de coexistence qui fournit la source, le contenu et le contexte des mouvements surfés. Au fur et à mesure qu'ils se déplacent avec la vague, les surfeurs s’alignent sur les «thèmes et atmosphères présents dans un monde particulier»14).

1)
Kathleen Stewart (2012) propose une définition de “worlding” se référant à la “nature affective” des mondes dans laquelle “l'agentivité des non-humains” façonne des formes, rythmes et refrains et créée des paysages affectifs.
2)
une perspective phénoménologique
3)
l'entrée en vague, le décollage jusqu'à la position debout
4)
le terme «corps», employé ici dans un sens phénoménologique, induit une approche holistique du «corps mental» (Fraleigh, 1987) contrairement aux notions dualistes d'un corps contrôlé par un esprit dominant.
5) , 8)
site surfé
6)
sens global de perception de la position de notre corps en trois dimensions dans l'espace
7)
cf Gilles Deleuze
9)
Merleau Ponty, 1968
10)
Merleau Ponty dans Le Visible et l’Invisible décrit le processus de réversibilité comme : « Une fois qu'une relation corps-monde est reconnue, il y a une ramification de mon corps et une ramification du monde et une correspondance entre son intérieur et mon extérieur, entre mon intérieur et son «extérieur» (Merleau-Ponty, 1968, p. 136).
11)
Ingold (2000
12)
cf : Sandra Reeve, praticienne du mouvement basée au Royaume-Uni, résume l'essence de ce type de relation site-corps dans sa description du “corps écologique”, défini comme “un corps co-créateur immanent: , où le corps et les espaces entre et autour des corps sont considérés comme également dynamiques”-www.moveintolife.co.uk
13)
Ingold, 1993, p. 153, dans laquelle il développe des notions heideggeriennes de localité et de temporalité.
14)
Stewart 2012
surfing.txt · Dernière modification: 2020/11/21 13:56 (modification externe)